bonjour ! me voici de retour de chez nos voisins ! (une heure de vol), la belle île rouge ! 

donc il y a 15 jours, nous nous sommes envolés de la Réunion via Madagascar

Je vous montre le tracé de notre circuit : en direction du Sud (la route rouge que vous voyez au dessus, c'est ce que nous avons fait l'an passé)

et les photos ci-dessous, elles viennent d'Ambalavao, une ville qui ;;;; des artisans de toutes sortes

IMG_7246

ensuite après avoir fait le Sud jusqu'à Tuléar, nous sommes remontés vers Salary... des photos suivront...

IMG_7247

à présent je vais vous montrer avant les paysages, une partie qui m'a particulièrement interessée... du fait main bien sûr !

le tissage, teinture, filage, etc. de la soie sauvage

TOUT D'ABORD il faut distinguer la soie sauvage de la soie d'élevage : les vers à soie sauvage se trouvent dans les forêts de TAPIA (voir ICI et ICI)

quant aux vers à soie d'élevage, ils vivent sur le murier

(ci dessous cocon du ver à soie sauvage)

 

DSCN5271

et dessous, celui qui est formé de façon trés régulière, c'est le cocon du ver à soie d'élevage

DSCN5272

DSCN5351

DSCN5352

là vous voyez bien la différence : le panier du dessus ce sont les cocons "sauvage" et dessous, d'élevage

DSCN5353

DSCN5354

 

je vais vous présenter le travail sur le cocon de ver à soie sauvage : tout d'abord on prend plusieurs cocons que l'on retourne sur l'envers, puis on en empile environ 5 les uns dans les autres, sur un support en fer

DSCN5355

DSCN5356

ainsi ils forment comme une masse en boule assez compacte

DSCN5357

puis une fois ce travail fait, ils sont tous mis à sécher dans un grand panier

DSCN5358

puis il sont mis à bouillir pendant environ 5 heures dans de grandes marmites avec un savon

DSCN5359

 

du coup les fibres deviennent souples et pourront être travaillées par la suite

DSCN5360

 

ce savon (ci dessous) est fait maison lui aussi : graisse de zébu + cendres de feuilles d'aloé véra

DSCN5361

ensuite après cette étape, la soie est rincée à grande eau, puis mise à sécher encore une fois pour ensuite être mise au filage

DSCN5362

la personne suivante va reprendre ces cocons en vrac, et en les humidifiants, elle va les filer à la main sur un jeans mouillé : on tire un fil de cet amalgame, et on le roule sur le jeans, en projetant de l'eau qui est dans la tasse violette

 

DSCN5363

 

IMG_6154

IMG_6155

 

 la bassine qui est à côté contient le tas de fils qui en résultent

 

DSCN5367

puis encore une étape.... la teinture... 

alors là plusieurs méthodes  pour fixer la couleur

les unes font bouillir des cendres d'aloé véra et peaux de bananes (séchés auparant puis brulés), avec le colorant (naturel ou pas)

d'autres mettent comme fixateur le sel, le vinaigre (jusque là tout va bien... vous connaissez...et moi aussi ! on est en terrain connu... ouf... mais voilà ça va se gâter !!) et rajoutent "l'écorce" fraîche du bananier ! .... ça ne se devine pas !!!!

 

ensuite elles utilisent soit des colorants chimiques pour les couleurs vives notamment,

soit des colorants naturels :

pour le rouge, écorce de NATO (et ici)  pilée en poudre

pour le vert : feuilles fraîches de la liane fruit de la passion, mises à bouillir avec le fixateur

pour le jaune et orange : curcuma

pour le violet : la betterave fraîche

pour le marron ou le noir : un champignon sauvage de la forêt qui pousse sur les arbres

pour la couleur aubergine : le bois de rose pilé

DSCN5368

ensuite Josiane ci-dessous préfère rigidifier un peu ses écheveaux en les trempant dans de l'eau de riz, afin de faciliter le tissage.

ci dessous vous la voyez filer sur une quenouille- elle ne le fait pas sur un jeans- et elle me dit que chez elle se trouve un métier à filer.... voici donc notre belle au bois dormant ! on l'a trouvée à Madagascar !!!! la voici réveillée !

IMG_6041

IMG_6043

IMG_6044

et voici quelques belles écharpes en soie... mes achats... oui j'ai craqué... et ce n'est pas tout !!!

DSCN5990j'ai demandé à Josiane de me préparer EXCEPTIONNELLEMENT des écheveaux de soie sauvage... personne ne fait ça là bas pour les touristes... mais elle a gentiment accepté.... ailleurs on m'a répondu par la négative...  du coup j'ai pris tout ce qu'elle m'avait préparé... et me voilà en possession de 450 Grs de soie sauvage à tricoter ou crocheter ! j'ai quelques idées... mais il faudra attendre qu'il fasse un peu plus frais pour me décider à prendre les aiguilles !

Robert m'a aidé une première fois à faire une pelote... pas trop facile... car la soie sauvage accroche et ce n'étais pas gagné de transformer l'écheveau en pelote malgré mon petit matériel perfectionné...

DSCN5991